TOUT EN BAS! Ascenseur express"Essayer d'emp�cher les b�b�s OGM ? Autant pisser dans un violon !"

 

 

Vos r�actions � ce sujet :

"Le site SOS-planete a obtenu l'Award 2002 pour l'ensemble des points suivants : Charte graphique d'une grande qualit�, grande qualit� du contenu pr�sent�, rapidit� d'ouverture, convivialit�, r�daction et articles bien faits. L' ensemble du site est bien construit, original, agr�able et m�rite l'award 2002 de Web Net Visa Service."

environnement, nature, vert, �cologie, biologique, plan�te Terre

*Nos autres awards

3/07/2003 http://www.transfert.net/a9071 [Greg Stock]

 ______________________________________________________

Cet Am�ricain croit � "l'am�lioration" g�n�tique de notre descendance. A
tort ?

Gregory Stock annonce la modification g�n�tique de l'homme par l'homme. Cet
�minent universitaire am�ricain souhaite m�me que les parents saisissent
cette chance "d'am�liorer" leurs enfants, de g�n�ration en g�n�ration, gr�ce
au g�nie g�n�tique.


Gregory Stock, auteur et universitaire, se fait fort de d�monter tout
adversaire de d�bat (DR)

Remodeler l'�tre humain : Notre futur g�n�tique in�vitable, tel est le titre
du dernier livre de Gregory Stock, paru aux Etats-Unis � l'�t� 2002 et
accueilli par une large couverture m�diatique. Cet Am�ricain de 52 ans, qui
dirige le programme "M�decine, Technologie et Soci�t�" de l'universit� de
Californie � Los Angeles (UCLA), rejoint l'analyse d'autres auteurs, de
Jeremy Rifkin et son Si�cle Biotech � Francis Fukuyama et sa Fin de L'Homme,
pour qui la convergence des plusieurs techniques m�nera bient�t, dans 20 ou
30 ans, � des b�b�s g�n�tiquement modifi�s. Des sortes d'enfants "sur
mesure", dont les traits g�n�tiques auront �t� choisi "� la carte" : d'abord
par la s�lection des oeufs selon des crit�res g�n�tiques, gr�ce � la
f�condation in vitro, qui se g�n�ralisera pour �viter la transmission de
maladies g�n�tiques. Puis, selon Gregory Stock, � mesure qu'avancera le
d�cryptage des fonctions complexes du g�nome et que se perfectionenront les
techniques de manipulation des cellules, la soci�t� avancera vers la
modification g�n�tique "positive" des embryons � na�tre pour y ajouter telle
ou telle qualit�.

"Qu'on le veuille ou non, on se retrouvera bient�t face ces enjeux. Autant
en prendre notre parti et en tirer le meilleur", dit, en substance,
l'auteur. Celui qui avoue �tre plus qu'un simple observateur se fait fort de
d�battre avec toute personne oppos�e aux modifications g�n�tiques humaines,
comme il l'a fait avec Jeremy Rifkin ou l'universitaire George Annas, qui
demande un trait� international pour qualifier ces techniques de crimes
contre l'humanit�.

"J'invite les gens � lire le dernier chapitre du livre de Gregory Stock
s'ils veulent comprendre pourquoi je suis inquiet au sujet de la
biotechnologie", a dit Francis Fukuyama. Ceux qui, comme ce dernier, tentent
de trouver des solutions pour emp�cher ce mouvement, liront donc avec
int�r�t les arguments de cet Am�ricain � l'assurance rieuse.

Les b�b�s OGM et la modification de la descendance g�n�tique humaine que
vous annoncez semblent bien lointains. Comment pensez-vous qu'ils
deviendront une r�alit� ?

Greg Stock : D'abord, cela commence avec les f�condations in vitro. On fait
un diagnostic pr�-implantatoire de l'embryon, qui consiste en une analyse
g�n�tique. On cherche � d�tecter des maladies g�n�tiques afin de ne garder
que les oeufs sains mais l'on peut aussi rep�rer d'autres traits ou
qualit�s. Aujourd'hui, la s�lection des oeufs au cours d'une f�condation in
vitro est limit�e aux cas o� il y a un fort risque de maladie g�n�tique
parce que c'est une pratique on�reuse. Mais de plus en plus de couples y ont
recours et la procr�ation assist�e se g�n�ralisera d'ici une dizaine
d'ann�es, quand elle sera bon march� et anodine. A terme, je pense que la
f�condation in vitro deviendra le mode de procr�ation le plus courant. Quand
elle permettra facilement d'�viter � son enfant toutes les maladies
g�n�tiques connues, il sera consid�r� comme absurde de ne pas l'utiliser !
De plus, je pense que les femmes voudront progressivement y avoir recours
pour des raisons de "timing" et d'horloge biologique : elles cong�leront des
ovules sains �tant jeunes pour �tre s�r de pouvoir enfanter m�me si elles
ont un accident, une maladie ou un probl�me de fertilit�. La procr�ation
assist�e, c'est la premi�re �tape.

Que se passe-t-il ensuite ? La s�lection des oeufs lors d'une f�condation in
vitro est loin d'une manipulation volontaire du g�nome des enfants...
L'intervention r�elle sur le g�nome de notre descendance mettra plus de
temps � se d�velopper, surtout parce que cette technique sera en concurrence
avec la s�lection g�n�tique des oeufs lors de f�condations in vitro... Elle
commencera d'ici � une vingtaine d'ann�es probablement. Il faut comprendre
que la diff�rence entre s�lection et manipulation n'est pas si grande. Il y
a peu de dispositions l�gislatives qui encadrent cette pratique et on peut
analyser assez librement telle ou telle particularit� g�n�tique.
La diff�rence entre une qualit� et un d�faut g�n�tique est assez t�nue...
Cette notion peut �voluer, en fonction de param�tres culturels. In fine, je
pense que la s�lection des oeufs donnera aux parents un choix int�ressant :
on pourra faire, � partir du patrimoine de chaque oeuf, une sorte de profil
g�n�tique, un peu comme une projection de ce que l'enfant sera. Les services
scientifiques de la police le font d�j� parfois pour retrouver un criminel �
partir d'un �chantillon ADN. Les parents choisiront l'enfant dont les
qualit�s leur conviennent le mieux.

Vous dites que les parents doivent avoir une large marge de manoeuvre pour
choisir et modifier le g�nome de leurs enfants. Les croyez-vous assez
responsables pour porter un tel poids ?

Les parents font des erreurs mais ce sont eux qui en font le moins, par
rapport aux autres entit�s qui pourraient assumer cette t�che... Je pense
que cette responsabilit� doit �tre port�e par ceux qui l'assument d�j�. Ce
sont les parents qui vivront des ann�es aupr�s de l'enfant qu'ils auront
choisi et qui feront les milliers de choix qui forment l'�ducation. Je pense
que cela serait pire si l'on donnait la responsabilit� de ces choix � l'Etat
ou au corps m�dical, qui n'ont pas � en assumer les cons�quences.

Jeremy Rifkin dit que procr�er un b�b� sur mesure est "l'exp�rience de
shopping ultime". L'id�e d'enfant "� la carte" n'est-elle pas la derni�re
�tape du r�ve consum�riste et individualiste selon lequel le client est roi?

Je ne le vois pas ainsi. Je parle plut�t de "s�lection de partenaire" (mate
selection en VO, Ndlr). De m�me que vous choisissez la personne avec
laquelle vous allez vivre, vous pourrez d�cider du profil de votre enfant,
selon des crit�res d'affinit� personnels. Par exemple, si l'on donnait le
choix aux parents de choisir le sexe de leur enfant, je pense que 25 % des
gens utiliseraient cette possibilit�. Les uns voudraient une fille � la
place d'un gar�on ou l'inverse. Mais cela ne changerait pas le fait qu'il y
ait des filles et des gar�ons au niveau de la soci�t�, ils seraient
simplement r�partis chez des gens qui les d�sireraient. Ce n'est que de la
statistique. De m�me, certains parents pr�f�reraient par exemple un enfant
extraverti, d'autres un enfant plus r�serv�. Pouvoir choisir d'autres traits
g�n�tiques ne changerait pas le fait que chaque enfant est diff�rent et
unique. De plus la g�n�tique ne d�termine pas tout. Il reste l'acquis et
l'impr�visibilit� de la vie r�elle.

Ne pensez-vous pas que les choix des parents concernant les caract�ristiques
de leurs enfants pourront �tre sujets � des effets de mode n�fastes ?

Si et je pense que les vogues de choix des pr�noms est un bon exemple. Mais
notre rapport � la famille et � la procr�ation est d�j� soumis � des modes
et � des changements humains. Nous nous marions diff�remment, nous avons
plus ou moins d'enfants, de plus en plus tard. Pendant des si�cles, nous
n'avions aucun contr�le sur le moment o� nous allions avoir des enfants. La
contraception a d�j� modifi� en profondeur notre rapport � la procr�ation.

La possibilit� pour certains parents de pouvoir "am�liorer" les qualit�s de
leur enfant ne cr�era-t-elle pas une discrimination g�n�tique, qui
s'ajoutera aux in�galit�s existantes ? N'existe-t-il pas un risque que les
enfants "non-am�lior�s" soient victimes de discrimination � l'�cole, �
l'embauche, ou dans l'acc�s aux cr�dits ou aux assurances ?

Il y aura effectivement une diff�rence et une in�galit�, qui sera fonction
du niveau de d�mocratisation des pratiques d'am�lioration g�n�tique. Mais
c'est le cas pour �norm�ment de choses, qu'il s'agisse des nouvelles
technologies ou de l'acc�s aux meilleurs soins m�dicaux. Je pense qu'au
d�part, ces techniques seront pratiqu�es par peu de gens, des "early
adopters" qui feront figure de testeurs. Mais d�s que ces pratiques seront
reconnues comme ayant une valeur, il y aura une �norme pression sociale pour
qu'elles soient inclues dans les prestations m�dicales de base. Si on veut
parler de discrimination, je pense qu'elle ne creusera pas un foss� entre
riches et pauvres, mais entre g�n�rations. M�me l'homme le plus riche du
monde ne pourra pas se payer les am�liorations possibles pour la g�n�ration
suivante !

Ne pensez-vous pas que les "am�liorations" g�n�tiques humaines creuseront un
foss� encore plus grand entre pays et continents ?

Si, aussi. Il y aura une in�galit� g�ographique mais pas forc�ment celle que
l'on pense... L'Europe n'autorisera les am�liorations g�n�tiques que tard,
quand elle aura vu qu'elles d�collent dans tous les autres pays. Je pense
que le continent qui les adoptera en premier est clairement l'Asie. L'id�e
d'am�lioration humaine fait partie de leur mentalit�, comme le concept
g�n�ral "d'eug�nisme", qui se traduirait par "bonne naissance" en chinois.
Je suis all� en Chine et je vous promets qu'ils comprennent que les
biotechnologies sont la "nouvelle fronti�re", et une chance inou�e pour eux
de d�passer l'Occident dans 20 ou 30 ans. Les Etats-Unis, eux, seront entre
les deux car nous sommes toujours un peu "schizophr�niques". Certains
voudront la chaise �lectrique pour ceux qui am�liorent le g�nome de leurs
enfants, d'autres croiront que c'est la r�volution, le paradis technologique
tant attendu ! (rires)

Justement, l'id�e de b�b�s g�n�tiquement modifi�s sur mesure n'est-elle pas
un fantasme d'omnipotence de la science, qui se r�v�lera d�cevant ?
Chercheurs et m�dias se sont enthousiasm�s pour la th�rapie g�nique, qui est
au point mort... A quoi bon modifer son enfant si finalement on ne peut
changer que des traits physiques simples, et que les fonctions complexes de
la personnalit� restent un myst�re pour les g�n�ticiens ?
C'est un r�ve pour certains, une forme d'utopie. Pas pour moi. Je pense que
l'avanc�e de la g�n�tique sera compliqu�e mais que l'on trouvera
progressivement les combinaisons de g�nes qui sont associ�es � tel ou tel
trait de la personnalit�. Dire que cela n'arrivera pas n'est qu'un d�ni
immature, une fa�on de faire l'autruche. Le quotient intellectuel,
l'extraversion, l'agressivit�, la propension � �tre d�pressif... tous les
qualit�s humaines complexes ont une composante g�n�tique. Disons que la
g�n�tique compte pour entre 25 % et 75 % dans leur formation, d'apr�s ce que
nous apprennent les �tudes scientifiques sur les jumeaux identiques (les
travaux du professeur Burt dans ce domaine ont �t� d�nonc�s et l'influence
de la g�n�tique sur les traits de personnalit� humaine est contest�e, Ndlr).
Mais effectivement, nous ne sommes pas enti�rement d�termin�s par la
g�n�tique. Les attentes des gens sont donc en partie fausses. Aujourd'hui,
il y a certaines choses qui d�pendent de notre choix, d'autres que nous
laissons au hasard. Nous avons tous un patrimoine g�n�tique. La question
n'est pas de savoir si voulons en conna�tre la composition exacte et les
qualit�s mais plut�t, une fois que nous en aurons connaissance,
souhaitons-nous agir dessus ou le laisser tel quel, avec ses d�fauts, alors
que nous savons le modifier ?

Politiquement, l'id�e de modification g�n�tique humaine est hautement
pol�mique, rejet�e par des gens de "droite" comme de "gauche". Ne
pensez-vous pas que ces pratiques seront combattues, voire interdites ?
On ne peut pas stopper ce mouvement ! Autant pisser dans un violon ! Comme
pour le clonage ou le travail sur les cellules souches, les lois ne peuvent
pas grand chose. Interdire ces pratiques dans un pays n'emp�chera pas les
autres de s'y mettre. Ce n'est qu'un d�riv� de pratiques m�dicales courantes
et largement accept�es. Si je voulais faire �merger l'am�lioration g�n�tique
de l'homme par l'homme, je ferais exactement ce qu'il est en train de se
passer : je m�nerais un large projet international de d�codage du g�nome
humain comme le Human Genome Project, auquel la France participe ; je
favoriserais les pratiques de fertilisation in vitro et de diagnostic
pr�implantatoire pour �viter les maladies g�n�tiques ; et, bien s�r, je
d�velopperais aussi les techniques de manipulation du patrimoine g�n�tique
des cellules... (rires)

Alexandre Piquard

Mot exact r�sultats par page

Anne Esperetenvironnement, nature, �cologique, bio

Logo de Terre sacr�e. Louis Rocquin.   Abonnez-vous gratuitement � la liste d'information SOS-planete

 

 

Le point sur les OGM

https://www.terresacree.org   Mail, forum, courrier des surfeurs, livre d'or...

Le saviez-vous? En 2003 un enfant meurt de la faim toutes les 7 secondes sur la terre. (Jean Ziegler Rapporteur sp�cial des Nations Unies pour l'Alimentation)

Logo d'Helleboid camille : pastorius2000@yahoo.fr

nature, environnement, �cologie, bio, vertAnnuaire de liens utiles   Proposer un site web g�nial dans notre annuaire vert  

   nature, environnement, �cologie, bio, vertJardin

Retour au sommet de la page

 environnement, nature, �cologique, bio    Entrez dans le jardin de la base


Vous avez aim� cette page. Partagez-la
avec vos ami(e)s sur les r�seaux sociaux

Partager avec vos amis sur le r�seau social Google Plus Partager avec vos amis sur le r�seau social Linkedin S'abonner gratuitement au fil d'info RSS du vaisseau-m�re de Demain l'Homme, ex SOS-planete


   

  











Citations d'Hommes justes

Vous pouvez nous envoyez les phrases
(d'Anciens ou non) qui vous semblent
aller de soi et participer � l'ouverture
des consciences


 

Wiki sur Terre - Sois acteur du changement - Demain l'Homme


 

NEWSLETTER

Abonnement gratuit � la
newsletter bimensuelle
confidentielle de Demain l'Homme

BOX EXPRESS

Transmettez par cette
voie votre r�colte d'infos vraies
(lesquelles seront v�rifi�es)
 


Cet annuaire est mis � jour r�guli�rement par C�dric, pr�sident de l'Association. Il est facile d'y inscrire GRATUITEMENT votre site


Exprimez-vous librement sur ce site



LIVRE D'OR. Expression libre


Suivre le Flux RSS de Demain l'Homme
Acc�s aux 150 derniers articles de Demain l'Homme pour mobiles et PC