hauOù est passée l'éthique de la génétique?

Communiqué de presse d'OGM dangers du 21/12/1999

Tout en bas! Ascenseur express Enjeux éthiques de la transgénèse :

standardisation et hybridation

Anne Liebskind présente l'association "OGM dangers" (01.43.73.49.49 BP9, 95360 - Montmagny)

Hervé Le Meur (HLM) introduit le débat en rappelant que, récemment, il a montré une photo de souris génétiquement modifiée sur laquelle on a greffé une oreille humaine. Un ami lui a dit " Oui je sais ; je l'ai déjà vu ". Son intérêt était fortement diminué par le caractère non nouveau de la photo. HLM interprète cette réaction par une attitude consumériste vis-à-vis de l'information (surtout visuelle) et rappelle qu'il ne faut pas banaliser certaines choses. Le siècle à venir ne doit pas nous faire oublier ce qui constitue peut-être le socle de ce qu'est l'humain et c'est justement un des rôles de la philoS. que de questionner là où la Science ne peut aller. HLM présente donc Isabelle Rieusset-Lemarié (IRL) qui a publié récemment un livre intitulé La société des clones à l'ère de la reproduction multimédia (Editions Actes Sud, 1999) et lui laisse la parole.

-IRL dénonce une compréhension réductrice de l'humanisme qui se contente de ne défendre que l'homme (et encore l'homme dans son intégralité, mais pas les parties de l'homme, ni même l'homme en devenir). Dans cette défense exclusive, l'humanisme est complice d'une application cynique des sciences au vivant, dès lors qu'il ne s'agit d'animaux et pas d'hommes. Elle prend pour exemple la controverse de Valladolid (ville espagnole). La question : les esclaves ont-ils une ame, étant prise sous l'angle théologique. Les idéalistes (qui soulignent la culture de l'humain) y défendaient la négative, alors que les 'matérialistes' la réponse positive. Sous entendu: s'ils n'ont pas d'âme, ils ne sont pas humains, donc on peut les traiter "comme des bêtes", ce qu'il faut entendre comme "n'importe comment". De façon apparemment surprenante, la question de l'âme des animaux se retrouve au coeur du débat entre cartésiens et gassendistes: c'est La Mettrie, un matérialiste, qui insiste pour accorder une âme aux animaux, pour les respecter, alors qu'on dit qu'à Port Royal (le lieu privilégié des jansénistes) on pratique la vivisection, sous prétexte que n'ayant pas d'âme, les animaux ne souffrent pas et que les cris ne sont qu'une réaction "mécanique". On a ainsi une inversion, par rapport à ce qu'on pourrait attendre, dans laquelle les matérialistes défendent l'âme et les idéalistes sont plus réticents. On verra plus loin comment le schéma de cette controverse revient dans l'analyse d'IRL.
- IRL considère que l'éthique ne s'arrête pas à l'homme.
- On a pu " prouver " que l'homme et le chimpanzé sont plus proches entre eux que du gorille [c'est le genre de propriété qui définit la proximité par le nombre de gènes en communs, ... bref, c'est discutable, mais ca n'importe pas dans le raisonnement de IRL]. On est alors dans la duplicité car on dit dans le même temps que l'animal n'a pas d'âme, qu'il est loin de l'homme, ... mais c'est justement parce qu'on considère qu'il est proche de l'humain qu'on l'utilise pour faire des expériences.
- Certains disent que le gène, le génome, ne sont pas la Vie. Et que donc on peut les breveter, leur faire subir les pires avanies et toutes les modifications. Une de leurs motivations, alléguée souvent, est que, sinon, on devient déterministe car on donne trop d'importance au gène. Que, par comparaison, ils défendent donc l'image de l'homme comme être de culture et non être défini par sa génétique. Mais ce sont souvent les mêmes qui, "progressistes", sont intéressés par la technique et le progrès scientifique. Ils s'émerveillent donc devant le clonage (en reconnaissant l'importance des gènes et d'une simple cellule à partir de laquelle on peut recréer un être vivant).
- Leur discours est que, la culture étant la signature de l'homme, tout ce qui éloigne l'homme de la nature par une mise en jeu de la technique serait "bon". On oublie l'articulation en l'homme de la culture et du corps. On réduit l'homme à ce qui serait en lui haine de l'animalité. Il ne s'agit pas d'avoir une haine de l'humain mais seulement de s'interroger sur les écueils de certaines conceptions de l'humain. Le paradoxe apparent, déjà mentionné pour Valladolid, se retrouve un peu ici avec des principes premiers jugés bons par quelques-unes de leurs conséquences effectivement bonnes, mais qui donnent des conclusions ultérieures opposées.
-D'autre part, les défenseurs du clonage, qui se présentent souvent sous les atours des opposants aux " écologistes hystériques ", rappellent avec raison que le côté "photocopie" du clonage auquel le citoyen lambda est sensible, est faux, justement car un être ne se réduit pas à son génotype [ensemble des caractères induits par les gènes ; par exemple la couleur des yeux. On pourrait l'appeler inné si ce mot avait un sens] mais a aussi un phénotype [ensemble de caractères induits par l'histoire, le comportement, la culture,... par exemple la coupe des cheveux. On pourrait l'appeler acquis si ce mot avait un sens]. Et de revenir sur un dithyrambe de la culture qui, effectivement, différencie deux jumeaux homozygotes. Même si, pour un biologiste, deux jumeaux sont assimilables à des clones [je n'ai pas écrit sont des clones ! ], les deux sont radicalement différents :
+ les clones sont créés techniquement, pas les enfants. Cependant les Procréation Médicalement Assistées (PMA) sont déjà une technicisation de la reproduction.
+ Plus grave : les jumeaux ne sont pas créés *pour* être pareils. Des clones SI ! C'est, ici aussi, l'intention qui compte et qui crée la singularité ou en tout cas qui ne limite pas la possibilité de développer des différences.
- IRL déduit de ce qui précède (en fait d'une argumentation plus longue et plus complexe développée dans son livre) que le clonage [au sens biologique] animal peut apparaître encore plus scandaleux que le clonage de l'humain, dans la mesure où les animaux, mêmes complexes, ne bénéficient pas de la capacité différenciatrice de la culture, de "l'acquis". Ils tirent leur singularité de cette quintessence de singularité créée par la reproduction sexuée, en tant que produit complexe de l'évolution.
- [En très gros, les défenseurs de la culture en premier ne croient qu'en l'acquis, et refusent d'accepter l'inné associé au déterminisme et donc ennemi de la liberté qu'ils défendent. Le clonage n'a donc pas de raison de leur faire peur. Seul l'eugénisme pourrait les interroger mais ils préfèrent le voir comme un ensemble de " pratiques médicales techniciennes ".] Mais IRL souligne que la capacité du phénotype à produire des différences ne résisterait pas, à long terme, à une société ayant fait le choix de standardiser le génotype. Tous différents dans des corps semblables n'est pas, à terme, tenable. Tous libres en tant qu'hommes dans des corps produits comme des artefacts, même un peu différents, n'est pas, non plus, tenable.
- IRL en conclut que, si l'on s'oppose au clonage humain, c'est aussi pour l'aspect être de chair, animal en l'homme. Il est donc nécessaire (mais non suffisant) de refuser aussi le clonage animal.
- Dans la société Retour au sommet de la pagede multimédia (cf. titre du livre d'IRL), on considère que le corps est un média. On nie donc l'aspect incarné considéré comme inférieur [par ces intellectuels].

Copyright EMEL Frédéric Schwentzel sos-planete@terresacree.org
- Par la transgénèse, c'est à la fragmentation, à une atteinte à la mémoire de l'espèce qu'on assiste.
- Les premiers émois, après Dolly [premier grand mammifère cloné] ont été pour dire " Mais ca ne sert à rien "]. De plus, ces émois sont restés lettre morte au point qu'on pourrait se demander si Dolly n'a pas été le meilleur moyen pour nous en faire accepter d'autres ! Quand il y a eu Polly [premier grand mammifère cloné et " génétiquement amélioré "], on a répondu : " vous voyez que ca sert : ca permet d'avoir plus facilement des animaux qui produisent des substances thérapeutiques".
- IRL cite un article qui dit que " l'éthique sert à amortir les chocs à venir ". [En clair, c'est le meilleur moyen pour nous faire gober n'importe quoi en douceur]
- IRL fait référence au philosophe Benjamin qui avait dit (au début), que la reproduction multiplication des oeuvres d'art (donc non sexuelle ! ) était utile pour se débarrasser de la tradition. Plus tard, il est revenu sur cette thèse car il s'est dit que cela éliminait aussi l'artiste en ce qu'il est celui qui transmet une mémoire indissociable de son expérience, incarnée et mortelle [il est un peu l'être de chair et l'oeuvre la "teneur" de cette expérience à laquelle elle donne corps].

- Le message de notre société (de multimédia) est la portabilité : ce qui compte c'est le logiciel, non l'ordinateur. Peu importe le support : tout message doit être reproductible sur tout média, considéré comme un suport inerte, en lui-même inessentiel.
- Dans une telle société, on peut parler d'" usine vivante " pour Polly : elle n'est plus qu'un média pour produire des protéines.
- L'idéologie de la communication ne raisonne plus qu'en termes de transfert. Pas d'être. [en termes plus économiques, ce qui compte devient l'accroissement de valeur, plus encore que la valeur elle-même].
- Dans une société de clones, le génotype est sans diversité. Or, IRL est persuadée qu'il y a interaction entre lui et le phénotype. La perte de diversité ne serait donc pas *que* dans les génomes.
- La sexualité implique des être tous uniques [HLM rappele le lien entre sexualité, sélection des espèces et espèces complexes].
-La société du clonage est donc un retour en arrière, à un temps d'avant, au temps de la paramécie!
- Il paraît que la Conf. Pays. a dit que le clonage ne servait à rien car il n'y a pas qu'un seul modèle. [Si ca ne servait à rien, les financiers ne s'y intéresseraient pas. De plus, même s'il n'y a pas qu'un seul modèle, une vache Holstein produit 10.000 litres de lait par an. C'est suffisant pour que les exploitants agricoles bazardent les vieilles races moins productives, malgré la diversité des modèles alléguée ! ].
- Bien sûr, tous ces problèmes sont liés (amont et aval) à la brevetabilité du vivant (gènes, organismes, ...).
- Les biologistes passent leur temps à dissocier des brins d'ADN. Ils sont donc naturellement mécanistes et réductionnistes, même s'ils sont convaincus que la réalité est plus complexe.
- En faisant des chimères, on fera souffrir les deux espèces.
- La transgénèse s'affranchit des barrières d'espèces. Du même coup, elle néglige la spécificité des mémoires d'espèces. C'est la thèse centrale du livre d'Isabelle Rieusset-Lemarié: ce qui dans le clonage porte atteinte à l'unicité, ce n'est pas tant le spectre de la duplication à l'identique que la manipulation de la mémoire. Qu'en est-il de ces êtres vivants qui auraient plusieurs âges, parce qu'ils seraient dotés, outre de la mémoire de leur propre développement, de la mémoire de la vie d'un autre organisme dont ils ont été antérieurement une partie? Comment vont cohabiter ces mémoires? Ne risquent-elles pas de rentrer en conflit? Ces êtres vivants ne sont-ils pas exposés à souffrir de réminiscences? Faut-il que le clone transgénique demande au scientifique qui l'a conçu le modèle de cette composition hétéroclite qui lui tient lieu d'identité? Est-il privé, ce faisant, de la caractéristique fondamentale de la vie, qui tient à sa capacité d'autoreproduction au sein d'une même espèce? Il est extrêmement difficile d'obtenir qu'une créature transgénique transmette le gène d'une autre espèce dont on l'a dotée à sa progéniture. A fortiori, comment envisager la reproduction de cet agrégat de pièces hétéroclites que sera un être conçu comme un réservoir d'organes transgéniques. Les producteurs de créatures transgéniques iront-ils jusqu'à les doter d'un programme bio-informatique pour qu'elles possèdent dans leur mémoire artificielle un modèle d'autoreproduction? Iront-ils jusqu'à transformer ces créatures déjà hybrides en "Cyborgs", mi "cyber-créatures" mi organismes vivants? Mais même si tel était le cas, ces êtres vivants n'imposeront-ils pas silence à cette mémoire artificielle pour laisser s'exprimer, dans la cacophonie, la mémoire des deux ou trois espèces d'êtres vivants dont ils ont été issus par hybridation? L'être transgénique

ne peut être qu'un être parcouru de conflits entre des mémoires en souffrance dont il pâtira. Une créature transgénique, c'est pour une part un artefact privé ou doté comme tel de la capacité d'auto-reproduction, mais cela reste un être vivant hybride habité par des mémoires contradictoires. Chacune de ses cellules garde la mémoire de l'identité de l'être dont elle n'était qu'une partie. Ces êtres transgéniques ne peuvent être qu'un agrégat de mémoires en souffrance, à la recherche de leur identité perdue.

Salle : Je vous trouve trop dure envers les scientifiques. C'est grâce à eux que l'on a de l'insuline, que l'on peut soigner des maladies. Non, le fautif c'est le veau d'or.

Salle : Je ne pense pas qu'on puisse séparer les deux : les chercheurs sont aussi utilitarisés par les multinationales et leurs relations sont complexes.

Ont suivi divers échanges que je n'ai pas transcrits ou dont je ne retrouve plus le lien avec le sujet.

Copyright EMEL Frédéric Schwentzel sos-planete@terresacree.org

" OGM : La guerre du troisième millénaire

Pas de science sans conscience -JardinMaison

Menu Flash (portillon de la base)Jardin de la baseVersion avec frames
 
Aidez-nous dans ce combat pacifique pour la Vraie Vie!