h 

Hubert Reeves

TOUT EN BAS! Ascenseur expressSOS-Terre

par Hubert Reeves*

Journal Le Monde du 11 mai 2002.

 

 

Impossible d'établir un lien vers ce bel article qui a été supprimé de la base de données internet du journal Le Monde. Devant l'urgence de la situation planétaire, nous avons pris la liberté de le publier dans son intégralité afin que chaque internaute puisse prendre connaissance du terrible constat établi par le lumineux Hubert Reeves.

 

Sommaire de la page:

Environnement : agir vite (31 août 2003)

Hubert Reeves, écolo planétaire. Présentation de son livre "Mal de Terre" (29 mai 2003)

En savoir plus sur Hubert Reeves

 

Autres pages :

nature, environnement, écologie, bio, vertPourquoi sauver la biodiversité sur la planète? de Hubert Reeves

nature, environnement, écologie, bio, vertTrois questions à Hubert Reeves

nature, environnement, écologie, bio, vertHubert Reeves et l'avenir des terriens

nature, environnement, écologie, bio, vertHubert Reeves : Société de consommation et environnement

* Hubert Reeves n'est pas membre de notre association.

 

 

Ecrire à Hubert Reeves

president@roc.asso.fr

Relations avec le Président: ROC -  BP 261 - 02106 Saint-Quentin CEDEX
Tél: 03 23 62 31 37  -  Fax: 03 23 67 01 49. SIÈGE:  ROC 26 rue Pascal - 75005 Paris France.

Le site officiel d'Hubert Reeves : http://www.hubertreeves.info

Force est de constater les énormes menaces qui pèsent aujourd'hui sur
l'avenir de la vie sur notre planète. Au train (d'enfer !) où va le
délabrement de la Terre depuis quelques décennies - déforestations,
désertification, stérilisations des terres, réchauffement de la planète,
épuisement des ressources naturelles, empoisonnement des nappes
phréatiques, taux effarant d'extinction des espèces vivantes, paupérisation
accrue d'une large fraction de l'humanité -, personne ne peut dire si notre
 planète sera encore habitable à la fin de ce siècle et dans quelles conditions
vivront nos petits-enfants en 2050.


Tous les clignotants sont au rouge vif.

Tout va se jouer dans les décennies qui viennent, et dépend de décisions à
prendre de toute urgence. Nous sommes engagés dans une gigantesque
expérimentation sur l'état de la vie de notre planète, qui risque de réduire
à néant le merveilleux résultat de plusieurs milliards d'années d'évolution
cosmique. Nous en observons déjà de nombreux effets désastreux, et nous
surveillons avec anxiété et même angoisse ceux qui vont suivre. C'est que,
contrairement aux scientifiques expérimentateurs, qui peuvent se débarrasser
de leurs éprouvettes quand elles s'enflamment, nous sommes, nous, dans
l'éprouvette avec nos enfants et nos petits-enfants.

Cette situation fait porter sur nos futurs députés et nos futurs
gouvernements les plus lourdes responsabilités. Jamais les élus des
générations précédentes n'eurent à en assumer de telles.

Pour les élections à venir, les citoyens de France doivent trouver dans les
programmes que les candidats vont leur proposer des avancées à la mesure de
cette situation dramatique.

Les pistes sont nombreuses :

- Il faut accomplir un effort massif de développement des énergies
renouvelables, avec de grands investissements de l'Etat. Aujourd'hui en
France, le développement des énergies renouvelables est dix fois plus faible
que celui du développement de l'énergie nucléaire, dont on connaît les
risques et les limitations. Il faut aussi décider un accroissement énorme de
l'aide (réelle...) aux pays pauvres pour diminuer l'écart toujours croissant
entre les plus démunis et les plus nantis (nous...), source toujours
croissante d'insécurité et de terrorisme.

- Il faut promouvoir la réalisation des projets environnementaux, tels que
Natura 2000, visant à créer une quantité accrue de zones protégées.

- Il faut favoriser l'excellent travail des mouvements de protection de
l'environnement tels que France Nature Environnement et ses associations
membres, la Fondation Nicolas Hulot et bien d'autres.

- Il faut développer l'agriculture bio, plus respectueuse du sol, de la
santé publique, et dont les fondements sont transposables partout.

- Il faut encourager une diminution considérable, au niveau des familles,
des dépenses en énergie, avec la poursuite accélérée du développement des
voitures à basse consommation d'essence, du ferroutage et des transports en
communs.

- Il faut promouvoir, au niveau des écoles élémentaires, un enseignement qui
incorpore une connaissance de la nature, de l'écologie et du respect du
vivant dans sa diversité, puisque le sort de l'humanité est intimement lié à
celui des autres espèces.

- Il faut encourager une recherche scientifique dirigée vers les problèmes
écologiques, avec des moyens accrus et une indépendance garantie.

Bref, il est urgent de mettre au cour de nos préoccupations, en France et
partout, l'avènement d'une politique permettant la durabilité des conditions
de vie sur la Terre. Il faut viser à promouvoir une évolution des sociétés
humaines qui les rendent totalement conscientes de leurs responsabilités
planétaires.


Hubert Reeves est astrophysicien, président de la Ligue pour la préservation
de la faune sauvage.

 

Sommaire de la page

 

Hubert Reeves,

écolo planétaire

 LE MONDE DES LIVRES | 29.05.03 |

L'astrophysicien pour un "droit d'ingérence écologique"

MAL DE TERRE de Hubert Reeves, entretien avec Frédéric Lenoir. Seuil, 260 p., 20 € . HISTOIRE DU CLIMAT de Pascal Acot. Ed. Perrin, 309 p., 20 €.

Astrophysicien par passion, "habitant de la Terre" par obligation et "citoyen du monde" par conviction, Hubert Reeves a détourné, depuis quelque temps, son regard des émerveillements du cosmos pour jeter un oeil sur l'état de notre planète. Le constat est sombre.

Dans Mal de Terre,il détaille, dans une longue conversation avec le sociologue Frédéric Lenoir, les tares qui défigurent désormais notre environnement. Réchauffement climatique, gâchisénergétique, pollution, atteinte à la biodiversité : la plupart des thèmes chers aux écologistes y sont abordés. Par ses bévues, prévient-il, l'homme est en train de faire entrer la planète dans une nouvelle période d'extinction, la sixième, qui pourrait bien l'emporter lui-même.

L'auteur s'insurge contre la faim, le sous-développement et les injustices, tout en réfutant la fatalité, estimant, dans les pas d'Edgar Morin et d'autres, que l'écologie n'est pas seulement une aspiration à la préservation de la nature, mais aussi une manière de combattre les inégalités d'un monde artificiel. Il emprunte à Paul Ricoeur la conviction que la responsabilité ne se décline pas seulement par rapport au passé, mais également par rapport au futur. Enfin, au-delà de ses pessimismes, l'auteur garde foi dans l'intelligence et en appelle à un "droit d'ingérence écologique".

UN TALENT DE VULGARISATEUR

Dans ce Mal de Terre, les spécialistes ne verront peut-être que du déjà-vu. Les autres retrouveront avec plaisir cet enthousiasme, cette joie de la culture et ce talent pour vulgariser et ordonner la connaissance. Le principe de précaution, un des pivots complexes de la pensée écologique, devient ainsi limpide, une fois expliqué par l'astrophysicien. Les rapports trapus des scientifiques de l'ONU sur le réchauffement climatique s'éclairent également.

Depuis les disparitions de René Dumont, de Théodore Monod et de Jacques-Yves Cousteau, Hubert Reeves, comme Nicolas Hulot, tente de reprendre leur entreprise d'éducation et d'alerte du plus grand nombre. Il accepte d'assumer la prise de risques que comportent toute tentative de simplification, tout usage d'images ou de comparaisons.

Plus sec, plus pointu, plus surprenant aussi, Histoire du climat, de Pascal Acot, arrive à la même conclusion qu'Hubert Reeves. "Les êtres humains compromettent désormais les conditions dans lesquelles les générations futures pourraient être appelées à vivre", écrit-il. Cet historien des sciences, déjà auteur d'une Histoire de l'écologie remarquée, décrit les hauts et les bas du thermomètre depuis les quelque 4,6 milliards d'années d'existence de la Terre. Il relate les incidences de ces sautes de température et d'humeur de notre planète sur le développement de la vie et raconte comment l'homme s'est adapté à ce yo-yo, avant d'essayer aujourd'hui d'en comprendre les raisons.

Au terme d'un impressionnant travail d'érudition, l'historien s'engage dans sa conclusion. "Nous savons que les sociétés humaines sont susceptibles de provoquer des modifications dramatiques du climat de la Terre", assure-t-il, en dénonçant également l'apathie générale devant ce défi. Mais comme Hubert Reeves, le sociologue veut encore croire en l'avenir et "parier qu'il n'est pas trop tard" pour agir.

Benoît Hopquin

Merci à buissonmc "buissonmc@free.fr"

 

Sommaire de la page

Environnement : agir vite

par Hubert Reeves


Nous émergeons péniblement d'une longue canicule accompagnée de  multiples conséquences désastreuses : feux de forêts multipliés, pics d'ozone  couvrant de larges régions de l'Europe, milliers de personnes âgées décédés à cause de la chaleur, poissons morts en quantités dans les cours d'eau à température trop élevée.

Nous risquons maintenant d'oublier que de tels phénomènes, vraisemblablement liés au réchauffement planétaire provoqué par l'industrie humaine, vont très probablement se reproduire de plus en plus souvent, et avec des intensités plus grandes encore dans les années prochaines. C'est du moins ce que prédisent les études scientifiques les plus sérieuses.
 

Clairement, notre choix de développement n'est pas durable et, même si
cette expression est devenue un leitmotiv, les politiques actuelles ne sont
pas suffisamment infléchies pour mériter cette qualification.
Agir dès maintenant : c'est l'urgence. Inutile de nous bercer
d'illusions.

Si rien n'est fait, nous fonçons dans le mur.
Il nous faut prendre un virage et il ne peut être pris en douceur.
C'est un virage serré à négocier avec la société tout entière impliquée comme
elle sait l'être lors d'une entrée en guerre.
 

Les conditions de vie de la planète sont dorénavant des conditions de
survie. L'exercice va consister à persuader les citoyens que rien ne
peut plus être comme avant, que la mobilisation est générale mais que le jeu
en vaut la chandelle : il s'agit ni plus ni moins que de notre avenir sur
Terre.
 

Les solutions sont à rechercher dans un réformisme démocratique.
L'information sur les enjeux, la vulgarisation des résultats des
recherches, la transparence des politiques, jusqu'aux rencontres internationales
pour des décisions communes afin que les Etats avancent ensemble, voilà la
forme de mondialisation qu'il nous faut appeler de nos voeux.
Ajoutons aussi que des gestes concrets et quotidiens sont déjà à notre
portée pour montrer aux leaders politiques que nous sommes prêts à
prendre une part des efforts.

Des exemples ? Au premier rang des actions possibles, la réduction des
climatisations et de la vitesse des voitures. Le transport routier est
une des causes majeures du réchauffement de l'atmosphère et de la pollution
généralisée par l'ozone. La consommation accrue d'essence des voitures
rapides augmente l'émission de nombreux gaz responsables du
réchauffement de l'atmosphère et de la formation de l'ozone. Et bien sûr, en
faut insister sur le choix à l'achat d'une voiture à faible consommation
amont, il d'essence.

par Hubert Reeves

ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU MONDE DU 31.08.2003


Hubert Reeves est astrophysicien.

 

Sommaire de la page

Hubert Reeves

 soucieux de l'avenir de la planète

Son livre "Mal de Terre" est sorti le 4 avril 2003 en librairie (Editions Seuil). En voici le sommaire:

Prologue: L'avenir de la vie sur la Terre
1 Changement d'air, changement d'ère
2 Quelles énergies pour demain?
3 Qu'est-ce qu'on va manger ce soir?
4 Une planète souillée: les écuries d'Augias
5 Les animaux, nos frères
6 Le spectre de la misère planétaire
7 Agir
Epilogue

Nous vous invitons à prendre connaissance de la critique qu'en propose Univers Nature sur son site.


Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter:


- Son interview sur Univers-nature
- son article Environnement : agir vite, dans Le Monde

Panda en voie de disparition  

Sommaire de la page

nature, environnement, écologie, bio, vertTrois questions à Hubert Reeves

nature, environnement, écologie, bio, vertHubert Reeves et l'avenir des terriens    nature, environnement, écologie, bio, vertEditorial

nature, environnement, écologie, bio, vertHubert Reeves : Société de consommation et environnement

 

 

Le saviez-vous? Les forêts tropicales perdent plus de 17 millions d'hectares par an, l'équivalent du tiers de la France. En 2020, il ne devrait plus rester aucune trace de cet environnement naturel, le plus diversifié de la planète.

 
Aidez-nous dans ce combat pacifique pour la Vraie Vie!